LMNP : Comment optimiser votre déclaration de revenus locatifs meublés ?

PUBLIÉ LE 05/04/2019

Entré en vigueur le 1er janvier 2019, le prélèvement à la source n’épargnera pas les revenus perçus grâce à la location meublée car ces derniers constituent un bénéfice industriel et commercial (BIC). Le contribuable sera redevable d’un acompte mensuel ou trimestriel.

Que ce soit déclaré au régime micro BIC ou au régime réel, l’échéance fiscale approche et l’année blanche ne dispensera pas les loueurs en meublé non professionnels (LMNP) qui ont tiré profit de la location meublée en 2018.


Si vous êtes au régime micro BIC, vos obligations seront facilitées

Si vos recettes annuelles sont inférieures à 70 000 euros par an, alors vous serez soumis au régime micro BIC par défaut, et imposés dans la tranche d’imposition qui vous est attribuée, sur la moitié de vos recettes.

Lors de la déclaration en ligne, il vous suffira de cocher la case « Revenus des locations meublées non professionnelles » dans l’encart « Revenus » et d’y indiquer le montant perçu des recettes brutes de 2018 (cases 5ND à 5PJ).

Si la déclaration est faite sous forme papier, il sera indispensable de joindre à votre déclaration de revenus (formulaire 2042) le formulaire 2042 C PRO, en y indiquant le montant de vos revenus locatifs.


Si vous êtes au régime réel, respectez la date butoir du 3 mai 2019 pour télétransmettre votre liasse fiscale

Au plus tard le 3 mai 2019, votre déclaration au régime réel (formulaire 2031 et ses annexes 2033 et suivantes) doit être télétransmise aux services des impôts.

Depuis 2015, la télétransmission est obligatoire. Si vous choisissez d’envoyer une déclaration papier, vous rencontrerez une majoration. Il est donc conseillé d’ensuite reporter le résultat imposable sur le formulaire 2042C PRO, qui sera à joindre à votre déclaration de revenus dans les délais habituels.

Vous serez affiliés au régime réel uniquement si vous avez dégagé plus de 70 000 euros de recettes sur vos location meublées en 2018 ou si vous avez contracté l’option pour ce régime avant le 1er février 2018 pour les revenus de 2018 ou lors des années précédentes.


Votre activité locative a débuté en 2018 : quel régime est le plus avantageux ?

Si vous avez démarré votre activité de location meublée au cours de l’année 2018, vous pourrez opter pour le régime réel jusqu’à la date du dépôt de votre première déclaration de revenus locatifs, soit le 3 mai 2019.

En cas d’acquisition en 2018, l’option pour le régime réel vous permettra à coup sûr d’optimiser votre imposition.

Toutefois, le régime réel est fiscalement plus intéressant car il permet d’amortir la valeur du bien, du mobilier, des travaux et de s’exonérer toutes les dépenses liées à l’activité notamment les frais d’acquisition (frais de notaire et honoraire d’agence immobilière).

En choisissant ce régime, vous ne paierez pas d’impôts sur vos revenus locatifs pendant plusieurs années.


Vous pratiquez la LMNP non résident : quel sera votre taux d’imposition ?

En effet, les personnes non résidentes qui proposent un bien immobilier en location meublée seront libres de choisir entre le régime BIC et le régime réel.

Une fois le bénéfice taxable établit (50% des recettes annuelles au micro BIC, montant à déterminer au régime réel), l’impôt est mesuré en appliquant le barème progressif et le système du quotient familial comme pour un résident français.

Si vous ne touchez pas d’autres revenus en France, vous serez alors éligibles à un taux forfaitaire de 30% au titre de l’impôt sur le revenu.

En effet, la loi de finances 2019 a prévu qu’à compter de l’imposition des revenus 2018, le taux minimum d’imposition était réhaussé de 20 à 30% pour la fraction du revenu imposable supérieure à 27 519 euros.

En ce qui concerne les cotisations sociales, si vous êtes résident d’un autre État membre de l’Union Européenne ou de la Suisse, vous serez simplement redevables d’un prélèvement de solidarité  fixé à un taux  de 7,5%.

Dans le cas contraire, vous conservez le taux global de 17,2% pour les prélèvements sociaux comme l’ensemble des résidents français.

Retour aux actualités